Accueil Documentation Qu’est-ce que l’AT ?
Qu'est-ce que l'Analyse Transactionnelle ?

Origine
Fondée par Eric Berne (1910-1970), médecin psychiatre américain, vers la fin des années 1950. Ce psychiatre passionné a voulu rendre la psychanalyse plus abordable et rapide en commençant par rédiger un ouvrage visant à l’expliquer au public.
Eric Berne a souhaité simplifier le discours psychiatrique pour permettre au praticien et au patient (qu’il nomme souvent client) d'avoir un langage commun. Berne a volontairement choisi des termes simples, dans le registre courant ou métaphorique, afin que chaque client puisse être co-acteur de son diagnostic et de sa guérison. Son idée était de créer un système de psychiatrie sociale.


Définition
L’analyse transactionnelle (nommée aussi AT) est une théorie de la personnalité humaine et de la communication, une théorie du comportement relationnel et social, une approche complète de psychothérapie systématique en vue d’une croissance personnelle et d’un changement personnel.

L’AT entend fournir une meilleure connaissance de soi et des autres, en prenant conscience de «ce qui se joue ici et maintenant» dans les relations personnelles et professionnelles. Son approche consiste à permettre un changement chez une personne, un groupe ou une organisation, dans le cadre d'un accord nommé «contrat» conjointement accepté par l'intervenant et le client.
Pour la compréhension des problèmes personnels, relationnels et organisationnels, l’AT propose des grilles de lecture et des modalités d’intervention pour résoudre ces problèmes.
L’analyse transactionnelle est une théorie :

  • De la personnalité qui nous montre comment les gens sont structurés psychologiquement, elle permet d’expliquer la constitution psychologique des individus, comprendre comment les gens fonctionnent et expriment leur personnalité.
  • De la communication permettant d’expliquer la logique de la communication, la façon dont les relations s’organisent en système, dont l’application fournit une méthode d’analyse de ces groupes (familles, équipes, organisations…).
  • Du développement de l’enfant qui explique comment les schémas de comportement dans notre vie actuelle ont pris naissance dans notre enfance, l’AT fournit des explications sur la façon dont nous continuons parfois à réutiliser les stratégies anciennes dans notre vie d’adulte.
    Dans le domaine des applications pratique, l’AT nous propose :
  • Un système thérapeutique utilisé dans le traitement des problèmes psychiques, depuis les problèmes de la vie quotidienne jusqu’aux désordres psychologiques.
  • L’AT est aussi utilisée dans le champ éducatif pour aider les enseignants, les formateurs d’adultes et les participants à maintenir une communication claire et éviter de s’engager dans des affrontements stériles. Il englobe aussi le soutien des enfants et des adultes au sein de la famille, dans le professionnel ou la société. Le travail s’applique aussi au développement d’équipes ou d’institutions. Le but visé est la continuation de la croissance personnelle et professionnelle. 
  • L’AT est aussi utilisée dans le conseil, le développement personnel, l’accompagnement et le coaching. Le processus permet aux clients de développer leur conscience, leurs propres solutions et leur savoir-faire pour la gestion des problèmes dans leur vie quotidienne. Il vise à accroître leur autonomie en relation avec leur entourage social, professionnel et culturel.
  • L’AT est aussi utilisée dans la gestion des groupes et des organisations, elle propose une explication de la dynamique des groupes et des ensembles organisés en prenant en compte les cadres de référence et les contextes organisationnels en même temps que le développement du système. Les interventions visent au développement, à la croissance des individus et à l’accroissement de l’efficacité et de la motivation des personnes qui travaillent ensemble. 
  • L’AT est aussi utilisée dans la supervision individuelle ou en groupe, dans la supervision de la pratique professionnelle. Dans la formation des superviseurs, des coachs et des managers, elle permet la professionnalisation de ces métiers.
    L’AT peut servir dans n’importe quel domaine où la compréhension des individus, les relations et la communication sont nécessaires. Elle consiste à regarder l’autre dans son potentiel, sans jugement, à créditer la notion de coopération comme base essentielle de l’efficacité des individus et des groupes.


Evolution de l'analyse transactionnelle

Ses racines ont intégré les valeurs et tendances de la psychanalyse (Berne ayant suivi une formation freudienne). On y trouve aussi du lien avec le behaviorisme, la bioénergie, l’approche jungienne, son respect de l’individu est tiré de la théorie rogérienne.

Actuellement, on observe des tendances assez différentes dans le type de travail privilégié par différents praticiens. Nous parlons de courants ou d’écoles pour décrire ces différentes façons de procéder :

  • Le courant psychanalytique : met l'accent sur les phénomènes de transfert et de contre-transfert, ainsi que les processus intrapsychiques inconscients
  • Le courant cognitivo-comportemental : cette approche, à travers des échanges, des schémas et des explications cherche à comprendre et à expérimenter : faire de nouvelles expériences, tenter des nouveaux comportements, dans le groupe ou entre les séances
  • Le courant émotionnel (L'école de la redécision) : a été développé par Robert & Mary Goulding, suite à la rencontre avec la gestalt-thérapie
  • Le courant corporel : intègre la dimension du corps dans le travail thérapeutique
  • Le courant relationnel (né du courant psychanalytique) : met l'accent sur la relation entre le thérapeute et son client
  • L’analyse systémique : démarche globale qui s’attache davantage aux échanges entre les parties du système qu'à l'analyse de chacune d'elles
  • Le courant intégratif : se propose d'intégrer différentes approches thérapeutiques orientées vers les domaines affectif, cognitif, comportemental, physiologique et systémique
  • Le courant constructiviste : met l'accent sur la construction narrative suivant laquelle la personne se définit, et comment ces représentations évoluent au cours de la thérapie


Encadrement et évaluation des pratiques

L’AT est un outil d’accompagnement, ces concepts théoriques sont utilisés dans différentes approches de développement personnel, professionnel et des organisations (pédagogie, éducation, andragogie, psychothérapie, conseil, coaching, supervision, consultance en entreprise, …)

Comme pour tout outil d'accompagnement les questions qui concernent la validité scientifique des apports théoriques et l'encadrement des pratiques sont fondamentales.
Ce questionnement ne concerne pas uniquement l'analyse transactionnelle, il fait partie du débat actuel sur les thérapies. La question a aussi été posée pour la psychanalyse. Les analystes transactionnels sont également en discussion sur ces sujets.

Les méthodes de psychothérapie atteignent leurs limites lorsqu’elles ne se renouvellent pas.


Tobie Nathan
Ethnopsychiatre
Ecrivain

L'analyse transactionnelle est un courant théorique qui bénéficie de réflexions actuelles, comme celles de :

  • José Grégoire aux éditions AT "Les Etats du moi, trois systèmes interactifs"  et "Les orientations récentes de l’analyse transactionnelle", (cet ouvrage constitue une introduction aux développements actuels de l’AT).
  • Le n° 104 des AAT (actualité en analyse transactionnelle) fait état d’un débat entre Patricia Crossman qui avance que l’analyse transactionnelle et la psychanalyse n’on pas les caractères d’une science, et Bill Cornell éditeur du journal The Script, l’organe de liaison de l’I.T.A.A. (association internationale d'AT)
  • Dans "Analyse transactionnelle : une perspective relationnelle", Hélène Hargaden et Charlotte Sills examinent la relation thérapeutique en profondeur, depuis l'établissement de l'alliance de travail jusqu'à la fin de la thérapie, et au-delà.

Autres : voir www.editionsat.fr  (Les éditions d'Analyse Transactionnelle)


Le cadre

L’E.A.T.A. (The European Association for Transactional Analysis) définit les structures officielles de l'analyse transactionnelle pour l'Europe. Elles prescrivent le suivi d'un cursus de formation long et le respect d'un code de déontologie.


La formation

CONDITIONS POUR SE PRÉSENTER À L’EXAMEN D’ ANALYSTE TRANSACTIONNEL CERTIFIÉ (C.T.A1)
Au cours du processus de formation on attend du candidat qu’il acquière les compétences de base suivantes, le candidat doit montrer sa compétence pour :

  • Mettre en place une relation de travail efficace
  • Définir le problème et établir un diagnostic
  • Définir les objectifs du traitement ou les plans d’intervention en vue du changement
  • Etablir des contrats
  • Réfléchir de manière appropriée sur le processus et ses effets
  • Elaborer des plans adaptés aux objectifs et aux contextes propres au champ d’application considéré
  • Mettre en application ce qui précède au niveau pratique
  • Avoir confiance dans son action en tant que praticien (y compris la conscience de ses limites)


Prérequis

Les candidats à l’examen doivent :

  • Etre titulaires d’un certificat attestant qu’ils ont passé l’examen «101»
  • Avoir un contrat de formation avec un superviseur Analyste transactionnel T.S.T.A.3 ou P.T.S.T.A2
  • Avoir accompli les exigences nationales concernant la certification
  • Etre officiellement reconnus prêts par leur Superviseur Principal
  • Avoir accompli 2000 heures minimum, réparties comme suit :
    • 750 heures de travail avec le client, dont 500 doivent être en A.T.
    • 600 heures de formation, dont 300 doivent être en A.T. faites par un T.S.T.E ou P.T.S.T.E.
    • 150 heures de supervision, dont 75 doivent être faites par un T.S.T.A. ou P.T.S.T.A. parmi ces 75 heures, 40 au moins doivent avoir été données par le Superviseur Principal
    • 500 heures supplémentaires de thérapie personnelle et/ou développement personnel continu

Ces dispositions visent à garantir à la personne en formation une large expérience pratique et une connaissance théorique englobante.


L'examen écrit

L’objectif de l’examen écrit est de montrer que le candidat a intégré les compétences de base et de montrer comment il travaille de manière efficace et éthique en tant qu’analyste transactionnel qui fonde son action sur la théorie. L’examen écrit, souvent nommé « étude de cas » ne doit pas dépasser 26500 mots (~ 70 pages).


L'examen oral

L’examen oral a lieu en présence d’un jury de 4 membres avancés de l’E.A.T.A.4 et/ou de l’I.T.A.A.5 . Les questions et feedbacks sont centrés sur les documents écrits et sur la pratique (le candidat doit se munir de 3 enregistrements audio ou vidéo de sa pratique).


Vous désirez obtenir le titre d'analyste transactionneé certifié (C.T.A.) ?

  • Vous signez alors un contrat de certification avec l’E.A.T.A. et un didacticien (T.S.T.A.) qui vous accompagnera tout au long de votre parcours de formation
  • Pour vous préparer à la certification, vous intégrez petit à petit l’analyse transactionnelle à votre pratique professionnelle
  • En parallèle, vous participerez à des supervisions où vous exposerez des cas professionnels dont vous avez la charge de manière à valider votre pratique

Selon votre profil et votre évolution propre, comptez 5 à 7 ans, au minimum, pour être prêt à cette accréditation.


Queslques abréviations

1. C.T.A. : Analyste transactionnel/le certifié/e                                        

2. P.T.S.T.E.: Enseignant et superviseur agréé/e en analyse transactionnelle sous contrat                    
3. T.S.T.A. : Enseignant et superviseur agréé/e en analyse transactionnelle
4. E.A.T.A. : Association européenne d’analyse transactionnelle
5. I.T.A.A. : Association internationale d’analyse transactionnelle